We have lost one of the creativest mind of our generation

 Le combat reprend de plus belle. 

Après la honte qu'a été la loi HADOPI en terme de liberté individuelle et de protection de la sphère privée, les lobbys reviennent à la charge avec pour nous en Europe, ACTA.

Je vous laisse le soin de vous informer et d'en juger par vous même. 

Lien vers la version finale du texte ACTA

 

Pétition européenne contre ACTA hébergée par avaaz.org (je ne vous demande pas de la signer, c'est juste à titre d'information)

Vidéo de la quadrature du NET sur ce qu'est ACTA:

 Vous êtes citoyens Européens, exprimez-vous !

Voici un petit outil qui pourrait vite devenir utile en soirée. Quand le DJ de la soirée vient à laisser sa place, tout le monde commence à chercher sa musique sur Youtube. (Et oui, c'est de partout la même chose...)

Alors, voilà, pour vous aider et ne pas oublier que la musique, ça peut aussi se mixer....

Je vous propose DJ Youtube! Enflammez vos soirées ! Et ne vous en faites pas, c'est gratuit, Open Source et sans publicité!

 Aïe, arrive aujourd'hui le moment fatidique du retour, ce jour que jamais je n'ai préparé ou même pensé est là.

Depuis le 21 novembre, je suis de retour sur Buenos Aires, sans rien de particulier à faire sinon me détendre et profiter de mes derniers instants de liberté totale. L'Europe vue d'ici, c'est le travail, des problèmes, du stress, une routine qui pourrait revenir très rapidement.... Aaargh... Ici ce sont des vacances, des rencontres tous les jours, de l'espagnol toujours plus, des ongles qui repoussent  ;)

Mon retour à l'Hostel El Aleph m'a permis de me rendre compte de trois choses:

La première, c'est que mon espagnol a considérablement progressé en un mois de ballades, je suis maintenant capable de parler "normalement" avec Pablo, on se comprend la plupart du temps et si ce n'est pas le cas, on arrive toujours à retomber sur nos pieds. Je ne parle presque plus qu'espagnol, même avec David, le Colombien qui jusqu'à présent m'avait toujours parlé anglais.

La seconde, c'est que la vie avance, les choses bougent et qu'il n'est simplement pas possible de figer le temps en se disant, "chouette je reviens dans l'Hostel que je connais". La moitié de l'Hostel va fermer, Pablo veut en faire une maison d'art et résidence d'artiste. Il ferme donc une aile sur les deux que possède la bâtisse. Le fameux petit salon vert aux canapés et la cuisine orange ne sont maintenant que des tas de bordel, pièces vides... Je ne suis pas déçu bien sûr, car je me sens toujours très bien et je peux maintenant parler avec Pablo (ce qui est comme je le pensais, très intéressant). C'est juste que les choses changent et qu'il n'est simplement pas possible de faire des plans infaillibles. 

La dernière, c'est que la vie que l'on a, on la choisit et tant qu'à faire, autant la choisir bien. Je m'explique: Lorsque je suis arrivé ici à El Aleph, David était là pour tenter de retrouver son ex, séparés depuis 7 mois. Il avait repris le contact lorsque j'étais arrivé et tentait de se remettre avec elle. Je l'ai laissé au bout d'une semaine pour faire mon voyage et à mon retour, 3 semaines plus tard, je le retrouve au même point, attendant un coup de fil de sa part ne venant pas, se sentant mal... Et j'ai soudain réalisé qu'en un mois, j'avais rencontré des gens de partout, d'horizons différents et que lui, aveuglé par ses sentiments, se morfondait dans une fixation sur elle. Je ne compare pas, mais cela me fait prendre conscience qu'au lieu de parfois piétiner dans la vie, il suffit simplement de bouger.

 

J'ai appris énormément sur moi, j'ai fais beaucoup d'erreurs (pas bien grave), j'en ai tiré des leçons. Je suis, je crois, devenu un peu plus exigeant envers moi-même, et par rapport aux autres. Un peu moins naïf peut-être aussi...

Le voyage, c'est l'école de la vie et j'attends avec impatience ma prochaine leçon !

© 2003 - 2017 kns7.org | Site réalisé et hébergé par KNet Solutions | Plan du site | Contact

En Deuil contre HADOPI:
kns7.org est en deuil contre les obscurantistes industriels du divertissement et leurs lois liberticides